">

Villeneuve-d’Ascq: le caviste du boulevard de Valmy tacle le Grand Stade !

Installée depuis plus de 25 ans boulevard de Valmy, face à V2, la Cave des Bastides a fermé définitivement le 15 janvier. Liquidation judiciaire, avec quatre licenciements à la clé. Spécialisée dans les vins français provenant uniquement de propriétaires récoltants, la boutique avait pourtant résisté pendant des décennies au mastodonte Auchan. Mais si la conjoncture et la concurrence n’sont pas étrangère à cette fermeture, le cogérant Hubert Delqueux attribue le fait qu’il ait bu la tasse d’abord au stade Pierre-Mauroy. Selon lui, il n’est pas le premier indépendant à trinquer… et ne sera pas le dernier.

IMG_3135.JPG

La Cave des Bastides était une institution pour les amateurs de bon cru. L’aventure avait démarré en 1972. Pendant cinq ans, la SARL la Croustade a aussi proposé du foi gras frais et des salaisons en gros. De 1977 à 1987, la boutique était installée au pied de l’immeuble Le Péricentre, rue des Victoires. Un choix stratégique : la première sortie de la VRU débouchait à cet endroit. À l’arrivée rue de Valmy, Hubert Delqueux travaillait déjà depuis quatre ans pour MM. Debrigode et Willaert, deux anciens charcutiers-traiteurs. Puis, u début des années 1990, le Mouchinois a progressivement repris la gérance, avec un autre salarié. Ils n’ont pas dévié de leur route principale : d’abord des vins de terroir, de caractère, uniquement français, « car avec les crus étrangers, on ne pouvait pas garantir une totale traçabilité ».

Quand le commerçant a entendu parler de l’arrivée du Grand Stade, il a ressenti une crainte, mais mesurée : après tout, des périodes sombres, il en avait déjà connues. Les travaux d’accessibilité l‘effrayaient, et de fait, au terme de l’année 201, il a connu une baisse de chiffres d’affaires de 15 %, dans la moyenne de ceux des enseignes du quartier (de – 10 à – 17 %).

Mais 2012 n’a pas été une année plus faste, car, de février à décembre, la Cave des Bastides a dû composer avec les travaux de réfection du boulevard, du parking en épis et des trottoirs face au magasin, avec, compris dans le kit, la suppression de places de stationnement. Difficultés d’accès pour ses clients, mais aussi pour ses fournisseurs… « D’accord, il fallait des travaux. Mais un carton de six bouteilles, ça fait 7 kg. les gens doivent être garés au plus près ! Cette année-là, j’ai fait moins 40 % par rapport à 2010 ».

Qu’à cela ne tienne, Hubert Delqueux et son associé se sont dits que 2013 ne pourrait être que mieux. Sauf que cette fois, ce sont les dispositions prises par la ville les jours d’événement au stade qui les ont touchés de plein fouet. En clair, l’installation de barrages filtrants à l’entrée des voies latérales. Le coup de grâce.

« Il y a des petits malins qui passent à travers. Ce système a perturbé mes clients les plus âgés, qui étaient nombreux. Et puis, j’ai perdu des clients belges, soit 20 % de ma clientèle, qui n’étaient pas au courant des jours de match ! Quand nous avions parlé de nos craintes, LMCU et la ville nous avaient dit qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, et que le stade allait nous amenait 50 000 prospects, c’est-à-dire des clients potentiels. Moi, ce que je voulais, c’était déjà ne pas perdre mon fichier de 1 800 clients fidèles ! ». « Beaucoup de commerces du secteur subissent, mais les chaînes, elles, peuvent absorber les chocs. Nous, les indépendants, on paie comptant », ajoute le caviste, pas décidé pour autant à entamer une procédure d’indemnisation auprès de LMCU. « Ah quoi bon, ça me prendrait cinq ans, et il faut d’abord avancer de l’argent. C’est le pot de terre contre le pot de fer ».

Ironie de l’histoire : Hubert Delqueux ne le connaissait pas, car il n’était pas toujours derrière les caisses de sa boutique. Mais le 15 janvier, il a découvert que l’homme de loi qui a procédé à la liquidation de sa société était… un de ces clients.

Lien Permanent pour cet article : https://ara.egrouper.com/villeneuve-dascq-le-caviste-du-boulevard-de-valmy-tacle-le-grand-stade/

(2 commentaires)

  1. d ‘André D Merci pour votre article à propos des retombées négatives du Grand Stade sur le commerce local. Dommage qu’aucun commerçant ne se soit déplacè pour assister aux réunions de concertation préalable en 2009 2011 ou les opposants au projet et surtout à son financement sur fonds propres de LMCU avaient démontré le bourrage de crâne par LMCU et en particulier le discours scandaleux des retombées économiques d’un tel projet, positives pour LMCU, négatives pour les opposants . Ils n’avaient pas la science infuse, ils s’étaient juste procurés les études réalisées en Allemagne ou aux Etats Unis et qui démontrent l’impact négatif des stades sur leur environnement et plus grave sur les finances locales.

  2. C’était couru d avance que le Grand stade apporterait de telles nuisances. Si seulement les zones bleues étaient contrôlées!!! Mais elles ne le sont jamais et certains automobilistes ont vite compris et pris l habitude de squatter les places zones bleues toute la journée et surtout de les occuper tôt les jours de match.

Laisser un commentaire