">

Villeneuve-d’Ascq: Comme leurs maisons prennent l’eau, des locataires des Prés en guerre contre Logis Métropole

Publié le 24/02/2014 Par Hélène Millard

Dans certaines maisons, les murs ont commencé à pourrir. Dans d’autres, il pleut carrément. Les locataires du parc Logis Métropole du quartier des Prés sont confrontés depuis de nombreuses années à de sévères dégradations de leurs logements. Selon eux, le bailleur ne répond pas à leurs demandes de remise en état. À court de solutions, ils se sont regroupés pour faire valoir leurs droits.

À première vue, ces maisons construites en 1983 rue du Petit-Pont et rue Parmentier semblent plutôt agréables. Elles sont agrémentées de verrières laissant passer la lumière. Ce sont toutefois ces fenêtres qui posent problème. À l’origine fabriquées en bois, elles se sont dégradées et ont causé des infiltrations. Certaines d’entre elles ont été changées par des sociétés mandatées par Logis Métropole, mais l’eau pénètre toujours. Une situation qui peut vite devenir dangereuse. « Je fais de l’apnée du sommeil, alors je dors avec un appareil respiratoire, explique Jean-Luc Ernecq, un locataire. Il y a quelques mois, l’eau a coulé dans mon compteur électrique et l’a fait disjoncter. Heureusement, je me suis réveillé, mais j’aurais pu arrêter de respirer. »

Dans une autre maison, dès qu’il pleut, il faut poser des seaux pour que le salon ne soit pas inondé. Les désagréments sont également esthétiques, les infiltrations causant des taches d’humidité et des moisissures. De plus, pour changer les verrières, les ouvriers ont dû retirer les embellissements comme le papier peint ou les plinthes, sans que les locataires ne soient indemnisés pour leur remplacement. Chez Jean-Luc Ernecq, la porte de garage en bois, abîmée par les fuites d’eau, a été changée aux frais de Logis Métropole. Problème : il y a un espace d’au moins cinq centimètres entre celle-ci et le mur. Une voie d’accès aux yeux de potentiels cambrioleurs mais aussi une source majeure de déperdition de chaleur.

Logis Métropole assure chercher à régler le problème. « Nous sommes actuellement en litige avec les sociétés qui ont changé ces verrières, plaide Stéphane Vanasten, responsable du pôle relation client. Ce genre de procédure prend du temps. Mais s’il y a effectivement dégradations, nous les prendrons en charge. » Interrogé sur la difficulté des locataires à dialoguer avec Logis Métropole, il reconnaît des défauts de gestion : « Nous avions des permanences à Villeneuve-d’Ascq mais elles ont été rapatriées au siège, à La Madeleine, dans une centrale d’appel. Mais nous avons le projet de réaménager un point d’accueil une fois par semaine. »

Pour les locataires toutefois, pas question d’attendre. Ils ont décidé de faire appel à l’association Consommation, logement et cadre de vie (CLCV) afin d’être assistés dans leurs démarches et se faire entendre. « Jusqu’à présent, tout le monde tentait quelque chose dans son coin, sans résultat, remarque Francis Debril, locataire à l’origine de la rencontre avec CLCV. Ensemble nous aurons peut-être plus de chance. » L’association va donc examiner le dossier pour déterminer les recours possibles. « Nous rencontrons souvent ce type de litiges, se désole Arlette Haedens, vice-présidente CLCV pour Villeneuve-d’Ascq. Les sociétés d’HLM n’entretiennent plus leurs parcs de logement. C’est pourtant leur patrimoine ! »

Logis Métropole fait également valoir son intérêt à ne pas laisser les maisons se dégrader. « Nous avons même pris en charge le nettoyage des gouttières alors que ce n’est pas à nous de le faire, argumente Stéphane Vanesten. Nous ne restons pas laxistes face à ces problèmes, le nécessaire est fait. Mais les locataires ne doivent pas non plus oublier que certaines démarches d’entretien sont à leur charge. »

CLCV propose aux habitants du quartier des Prés de constituer un groupement de locataires et de nommer des représentants. « Nous allons reprendre à zéro et commencer par envoyer un courrier à Logis Métropole, propose Arlette Haedens. Si nécessaire, nous proposons l’assistance de juristes. Ce genre de litige va toutefois rarement jusqu’au tribunal. »

Lien Permanent pour cet article : https://ara.egrouper.com/villeneuve-dascq-comme-leurs-maisons-prennent-leau-des-locataires-des-pres-en-guerre-contre-logis-metropole/

Laisser un commentaire