">

Tag: Villeneuve d’Ascq

Kiiway-une start-up Française dédiée aux objets connectés pour les enfants

  • Qui est Kiiway ?

KIIWAY se dit « Key Way », c’est une start-up Française dédiée aux objets connectés pour les enfants et les adolescents afin d’en faire des acteurs créateurs d’innovations dont l’Europe a tant besoin pour répondre aux défis numériques. Kiiway repose entre autres sur Hakim son fondateur ingénieur en électronique et Valentin développeur en logiciel.

  • La Kiibox c’est quoi ?

Une application Smartphone modulaire pour le contrôle parental des sites web (white list et black list) ainsi que le stockage de livres numérisés.

Une smart lampe programmable en intensité et en couleur comme veilleuse, ou en alarme comme réveil.

Deux boutons tactiles pour choisir les modes fonctionnement, un haut-parleur et un microphone pour la restitution des lectures de définitions et de livres.

Un ordinateur personnel ‘linux’ avec une interface graphique et une interface de lignes de commandes pour interagir avec toutes sortes de capteurs et d’actionneurs.

Et pour les écoles, collèges et lycées une valise créative permettant de soutenir les activités de découvertes et de servir de plate-forme aux mini-projets.

  • Ateliers pour devenir des Makers du numériques

Kiiway est un fablab pour les enfants et les ados, une plateforme DIY (Do It Yourself) qui nourrit l’intelligence numérique des enfants de 8 à 17 ans. Kiiway propose une approche innovante, grâce à une pédagogie ACTIVE, LUDIQUE et INTUITIVE.

La Kiibox ‘made in Villeneuve d’Ascq’ est conçue dans leurs locaux à quelques mètres de la Mairie. Elle offre une expérience personnalisée grâce à différent scenarii contenus dans leur valise de développement Kiischool.

Kiiway accompagne le développement du « Quotient digital » au travers du CODING en Python, Blockly ou Sctrach, méthodes fondées sur la programmation visuelle qui nourrit, la logique, la créativité, l’agilité la curiosité.

Au cœur de la transformation numérique qui bouleversera l’ensemble des métiers de notre société, Kiiway est une solution qui réunit toutes les compétences digitales essentielles qui seront nécessaires aux nouveaux emplois des prochaines décades.

  • Quelles compétences aurez-vous besoin pour être employable en 2030?

Quelle que soit votre prise en compte de l’impact de l’automatisation sur le travail, nous pouvons certainement tous convenir que les travaux futurs nécessiteront des compétences futures. Parce que lorsque les robots prennent en charge des tâches manuelles et que l’IA peut gérer des tâches qui nécessitaient auparavant un cerveau, ce qui reste à faire pour les humains sera naturellement différent de ce qui se fait aujourd’hui.

Voici cinq principales compétences professionnelles souhaitées avec la prolifération des robots et de l’Intelligence Artificielle :

Jugement et prise de décision: Considérer les coûts et bénéfices relatifs des actions potentielles pour choisir le plus approprié.

Maîtrise des idées: La capacité de trouver un certain nombre d’idées sur un sujet (le nombre d’idées est important, pas leur qualité, leur correction ou leur créativité).

Apprentissage actif: Stratégies d’apprentissage – sélection et utilisation de méthodes et de procédures d’apprentissage / d’instruction adaptées à la situation lors de l’apprentissage ou de l’enseignement de nouvelles choses.

Stratégies d’apprentissage: Comprendre les implications de nouvelles informations pour la résolution de problèmes et la prise de décisions actuelles et futures.

Originalité: La capacité de trouver des idées inhabituelles ou intelligentes sur un sujet ou une situation donnée, ou de développer des moyens créatifs pour résoudre un problème.

Tout cela suggère que des choses comme la créativité, l’adaptabilité et le jugement seront plus importantes que, par exemple, les connaissances spécifiques à un sujet ou la capacité d’utiliser un pistolet à clous.

Kiiway: 30 place Salvator Allende

59650 Villeneuve d’Ascq   Tel 09 72 80 50 84

https://ateliers.kiiway.fr     Email  : contact@kiiway.fr

Lien Permanent pour cet article : https://ara.egrouper.com/kiiway-une-start-up-francaise-dediee-aux-objets-connectes-pour-les-enfants/

Excédée par des malfaçons dans son logement, une famille occupe la mairie

Une famille de Ronchin subit depuis deux ans et demi des problèmes électriques sans son appartement. Elle a occupé le hall de la mairie, jeudi soir, pour protester. Les policiers lui ont fait quitter les lieux dans le calme.

Youssef Khallaf aimerait qu’une solution soit rapidement trouvée.

Youssef Khallaf aimerait qu’une solution soit rapidement trouvée.

«  Nous rencontrons des coupures de courant tous les mois, parfois tous les quinze jours. On pense qu’il s’agit d’un problème lié aux infiltrations d’eau relevées au niveau du compteur électrique. Vous imaginez comment ça peut être dangereux. Nous avons subi plusieurs inondations dans le couloir. L’eau venait du compteur électrique. Depuis quelque temps, nous n’avons de la lumière que dans deux pièces, le couloir et la chambre des enfants  », s’insurge Youssef Khallaf. La famille habite rue de la Brasserie à Ronchin, dans un appartement construit il y a quatre ans.

Le bailleur sollicité vingt fois

Le locataire explique qu’il a sollicité le bailleur SIA une vingtaine de fois. « Aujourd’hui, ils ne veulent même plus nous répondre au téléphone.  » Le couple s’est alors adressé à la responsable de la police municipale, qui est venue constater le problème sur place. «  Un électricien est intervenu, il s’est douté que c’était nous, car il était déjà venu au début de nos soucis et s’est étonné que nous habitions encore là. Lors des interventions précédentes, on s’est contentés de mettre de la mousse expansive, mais l’eau continue quand même de s’infiltrer  », précise Youssef Khallaf.

« J’ai deux boulots et je ne dors pas bien. Il faut aussi toujours se rendre disponible pour accueillir les professionnels qui interviennent chez nous, c’est usant »

Jeudi, après la réparation, les locataires se retrouvent à nouveau sans électricité. «  J’ai deux petites filles, ma femme est enceinte de sept mois. On en a ras le bol, on n’en peut plus. On se chauffe avec un feu à pétrole parce que les portes-fenêtres ne sont pas hermétiques, donc nos factures d’électricité étaient astronomiques.  » D’autres soucis sont apparus dans leur appartement comme le décollement des plinthes, ou des problèmes de fermetures de portes-fenêtres. «  Je n’en peux plus, je suis fatigué, j’ai deux boulots et je ne dors pas bien. Il faut aussi toujours se rendre disponible pour accueillir les professionnels qui interviennent chez nous, c’est usant  », confie cet homme qui a choisi d’occuper la mairie en désespoir de cause.

« Nous ne les laisserons pas tomber »

Le bailleur SIA explique de son côté qu’un électricien est intervenu encore dimanche dernier. Il aurait mis le compteur en sécurité, mais cela n’aurait pas fonctionné tout de suite. «  Un produit fluorescent a été injecté, il faut attendre qu’il apparaisse pour détecter le problème  », ajoute le bailleur.

Ce dernier comprend que les locataires soient à bout de nerfs à force de subir ces pannes sans doute liées à des infiltrations dans les gaines. «  Ce sont pourtant des logements neufs. L’électricité est aux normes. Mais les occupants ont réalisé eux-mêmes des modifications de leurs cuisines en ajoutant notamment des prises électriques. D’autres locataires nous ont signalé des soucis électriques en 2013, mais ne nous ont plus jamais rappelés. Nous cherchons la solution. Des investigations ont déjà été menées dans l’immeuble. Des tests vont également être effectués dans les appartements du dessus. Mais en tout cas nous ne laisserons pas tomber cette famille  », promet le porte-parole du bailleur SIA.

Lien Permanent pour cet article : https://ara.egrouper.com/excedee-par-des-malfacons-dans-son-logement-une-famille-occupe-la-mairie/

Villeneuve-d’Ascq: projet centre-ville, un calendrier et un logo dévoilés au conseil de quartier

La place de la voiture, celle de la sécurité ou de la végétation : telles sont les principales préoccupations des habitants du quartier Hôtel de Ville-Pont de Bois à qui les architectes, les aménageurs et les élus ont présenté le « centre ville du XXIe siècle », vendredi soir.

Désenclaver les équipements publics comme la Rose des Vents, le Forum des Sciences, la médiathèque, gommer l’urbanisme en dalles des années 1970 pour introduire des pentes douces, favorisant la déambulation des piétons et des cyclistes dans un environnement plus végétal et dégagé : c’est la philosophie générale répétée par Clarel Zéphir, le gérant du cabinet UP, chargé par la Ville et la MEL de penser le projet centre-ville. «Un rêve, à horizon de 8-10 ans », rappelle le maire, Gérard Caudron. Un rêve qui se construit pour et avec les habitants, c’est le message lancé à la réunion publique du conseil de quartier.

2 Une concertation permanente.

Gérard Caudron s’y est engagé : le projet, s’il est arrêté dans ses grandes lignes, veut répondre aux besoins quotidiens des usagers. Les habitants, les étudiants, les clients du centre commercial pourront faire part de leurs remarques pour l’amender. Nom de code du projet centre-ville : Grand Angle, « pour l’esprit d’ouverture et les multiples dimensions », souligne Marc Dubreuil, chargé de la communication du projet. Grand Angle aura son logo dédié. Ville et MEL mettent à disposition plusieurs outils de dialogue : un site Internet sera disponible dès la fin de l’année. L’avancée des travaux sera relayée par les réseaux sociaux, des lettres d’information. Surtout, les palissades qui vont baliser les chantiers seront « informatives » : chaque phase sera détaillée sur place et en affiches.

3 Ce qui va changer.

Oui, il y a aura à terme de nouveaux commerces, notamment 800 à 900 m2 de « commerces du quotidien » autour de V2, voire un marché hebdomadaire. Oui, il y aura bien d’autres logements ou des équipements repensés, pour répondre à la question de certains riverains. Objectif : plus de mixité sociale dans un quartier qui compte 80 % de logements sociaux, « je préfère parler de plus d’intensité que de densité », analyse l’urbaniste Clarel Zéphir. Et la place de la voiture ? « C’est la réflexion centrale car nous allons reconfigurer les espaces publics, en limitant les distances pour les piétons », rétorque-t-il.

Sylvie, une habitante, s’inquiète de la disparition de l’Hôtel de Ville, à horizon 2017-2020. Réponse de Lahanissa Madi, adjointe de secteur : « Il va renaître à proximité, sous la forme d’une maison du citoyen ». D’autres riverains s’inquiètent de la qualité des revêtements : les actuels glissent par temps pluvieux. Le cabinet UP rétorque qu’il a bien pris en compte le climat nordiste. Et mène une réflexion globale sur l’éclairage, sur la présence éventuelle de vidéosurveillance qui sera discutée lors des avant-projets techniques.

Le coût

Budget des espaces publics : 50 M € financés par la MEL et 20 M € par la Ville de Villeneuve-d’Ascq

Le calendrier

Fin 2016 : première phase rue des Victoires (suppression de la passerelle) et chemin des Visiteurs

2017-2020 : place commerciale, secteurs Valmy, Vauban et Vétérans, liaisons Forum des Sciences, v2, Heron Parc et grand stade

2021-2024 : place citoyenne, chaussée haute et Forum vert

Lien Permanent pour cet article : https://ara.egrouper.com/villeneuve-dascq-projet-centre-ville-un-calendrier-et-un-logo-devoiles-au-conseil-de-quartier/