">

Tag: économie

l’eau : La transparence ne doit pas s’arrêter au pied des immeubles

Et la transparence s’arrête au pied des immeubles

Plus de 40% des Français vivent en habitat collectif, qu’ils soient locataires ou copropriétaires. Parmi eux, seule une minorité dispose d’un véritable compteur individuel et donc d’un contrat à son nom.

La plupart du temps, la connaissance des dépenses en eau se limite à une vague ligne dans les charges récupérables. Le premier des droits du consommateur n’est-il pourtant pas le droit à l’information ?

Pourtant la maîtrise des consommations d’eau en habitat collectif est devenue un enjeu majeur. Premier poste de charges individuelles (25% des charges de copropriété), la facture d’eau peut diminuer de 30 à 50% (en incluant l’économie d’énergie pour l’eau chaude)si on y est attentif. C’est alors une économie d’environ 300 € par an.

À l’issue de cette première phase de l’opération transparence, nous demandons:

  • des factures plus compréhensibles, avec une révision de l’arrêté de 1996 qui les encadre;
  • des tarifs plus équitables, avec l’instauration d’un tarif social et la généralisation d’une véritable progressivité des tarifs du service de l’eau;
  • que la loi oblige les collectivités à transmettre les indicateurs clés de performance à l’Observatoire national de l’eau, pour que la transparence soit effective sur l’ensemble du territoire;
  • un état des lieux des investissements qui auraient dû être consacrés à la rénovation des canalisations, et qui ne l’ont pas été

Lien Permanent pour cet article : https://ara.egrouper.com/leau-la-transparence-ne-doit-pas-sarreter-au-pied-des-immeubles/

Dossier sur l’Eau en habitat collectif

L’objectif des économies d’eau est double :

– préserver nos ressources, les nappes profondes, dans l’intérêt général,
– réduire la facture d’eau dans un intérêt personnel et de pouvoir d’achat sans perdre en confort.

 En effet, la maîtrise des consommations d’eau en habitat collectif est devenue un enjeu majeur. Premier poste de charges individuelles (25% des charges de copropriété), la facture d’eau peut diminuer de 30 à 50% (en incluant l’économie d’énergie pour l’eau chaude) si on y est attentif. C’est alors une économie d’environ 300 € par an. LLes enfants sont très sensibilisés à l’école primaire aux gestes économes: fermer le robinet pendant qu’on se lave les dents et préférer les douches aux bains qui peuvent être cinq fois plus consommateurs. Le minimum c’est de suivre leurs conseils.

Au delà et de façon plus globale à l’échelle de la copropriété, il est d’abord utile de savoir comment l’eau des parties communes est consommée. Un observatoire des consommations, ou bilan simplifié permettra d’éviter des conflits et une facture annuelle anormalement élevée. L’analyse exige pour commencer de mesurer les consommations communes (espaces verts, aires de lavage de véhicules, …).

Chaque tronçon du réseau sur lequel est installé un point de puisage (robinet) doit être équipé d’un compteur d’eau. Si la consommation des parties communes paraît élevé, un diagnostic plus approfondi permettra de savoir s’il y a des consommations sauvages (branchement pirate, alimentation d’un autre bâtiment ou d’une boutique n’appartenant pas à la copropriété). Les consommations communes ne doivent pas excéder 5 à 7 % de la consommation globale de l’immeuble.

Ensuite l’observatoire des consommations individuelles, permettra que chacun puisse se référer au logement de même type le plus vertueux. Si les consommations de tel appartement sortent de la norme, rien de tel que de recourir à un simulateur de consommation pour se comparer aux standards nationaux. Prendre conscience des postes de consommations les plus importants (durée des douches, volumétrie des chasses d’eau, etc…) permet d’engager sans aucun frais les premières actions correctrices.

Le standard national en copropriété, se situe en France aux alentours de 160 litres par personne et par jour. Une famille de quatre personnes consomment /an 150 m3 dont 50 m3 d’eau chaude sanitaire. Les compteurs communicants sont désormais devenus un standard et permettent sans rogner sur le confort de chacun, d’aider à mieux prendre conscience de ses excès de consommation. Le prestataire de comptage divisionnaire, en relevant les compteurs à distance plusieurs fois par an, voire tous les mois, peut analyser les anomalies et mettre en ligne sur le portail web les ratios qui permettront à chacun de revenir à des pratiques plus économes. Des alertes peuvent même vous être envoyées par différents canaux de communication (web, mail, sms, …) de façon a vous aider à accroitre votre sensibilité.

Enfin des conseils sont disponibles : Equiper les robinets et le pommeau de douche de mousseurs qui réduisent le débit, d’éco-plaquette pour les WC, cela constitue un complément très efficace qui peut faire gagner 30 à 50% sur votre facture d’eau (en incluant l’économie d’énergie pour l’eau chaude).

Demandez enfin à votre syndic de faire équiper l’immeuble d’un service basé sur la technologie des compteurs communicants et vous donnant accès à un portail web d’aide à la maitrise des consommations, incluant des alertes signalant toute anomalie. Exiger les services modernes proposés par les sociétés de comptage divisionnaire est de votre  responsabilité.

Lien Permanent pour cet article : https://ara.egrouper.com/dossier-sur-leau-en-habitat-collectif/