">

Que va devenir la friche Youg’s sur le boulevard de l’Ouest?

Villeneuve-d’Ascq: Que va devenir la friche Youg’s sur le boulevard de l’Ouest?
PUBLIÉ LE 31/01/2014 – MIS À JOUR LE 31/01/2014 À 19:07
Par MARIE VANDEKERKHOVE

Les 4 000 m² de feu le magasin informatique sont inoccupés depuis cinq ans. Hugues Mulliez, le fondateur de la chaîne Youg’s, puis le repreneur de Surcouf, dont il a fermé la dernière enseigne fin 2012, est toujours propriétaire du site villeneuvois. Lequel a été vendu plusieurs fois… sans trouver d’acquéreur définitif. Mais quel avenir attend donc la friche Youg’s sur le très convoité boulevard de l’Ouest, l’une des plus belles vitrines économiques de la métropole ?

– A +

C’était le temple de l’« informatique pour les gens ». Une chaîne de silicon-supermarchés à l’enseigne rouge et blanc qui affichait le nom de son fondateur : Youg’s, Hugues en british baragouiné. Hugues Mulliez, petit-neveu du fondateur d’Auchan, avait ouvert son magasin villeneuvois, à l’intersection de la rue Jules-Guesde et du boulevard de l’Ouest, en 1999. Avant de partir à l’abordage de la zone commerciale Heron Parc avec son Surcouf, une marque qu’il avait absorbée moins d’une décennie plus tard. Surcouf ouvre en tout six magasins en France, avant de baisser définitivement rideau fin 2012. Mais, depuis près de cinq ans, le site historique reste vide.
Un paradoxe car les 2 500 m² de locaux et leur parking de 1 500 m² ont été vendus plusieurs fois par Tostain & Laffineur. « Mais, à chaque fois, les clauses suspensives n’ont pas été levées, annulant la transaction », déplore-t-on chez le promoteur. En fait, il semblerait que la malédiction du site soit due à un parking trop petit. En 2012, déjà, le promoteur annonçait l’arrivée d’un drive et de cellules commerciales avec un magasin de fleurs, une boulangerie, un caviste… Qui n’ont finalement pas apposé leur enseigne. Difficile de satisfaire les stationnements de plusieurs cellules. Autre option : la location en bureaux. « Mais il fallait investir 1 M € pour rénover l’intérieur, ce qu’a refusé le propriétaire ». On le comprend : la faillite de Surcouf a dû vider les caisses.
Des grandes surfaces ont un temps été intéressées. « En 2010, le hard discount Aldi avait signé à 3,25 M € pour installer un magasin… avant de se rendre compte que les semi-remorques ne pouvaient pas accéder au site », regrette-t-on encore chez Tostain & Laffineur. Le projet d’un drive, qui aurait fait face au géant Cora, n’a pas fait long feu pour des questions d’accès, lui aussi.
« Nous avons fait travailler des architectes sur trois ou quatre projets », se désespère le promoteur, qui attend toujours l’acquéreur miracle. Il semblerait qu’un temps, le concessionnaire de prestige Maserati, se soit montré intéressé… « Mais la conjoncture complique encore le marché pour les grandes entreprises, malgré un emplacement au top du top qui justifie un prix élevé », argue le promoteur. Un emplacement tellement top qu’il est à l’abandon depuis cinq ans, malgré la vitalité des commerces environnants. Et il ne dispose plus d’autorisation d’exploitation. Autant dire que le repreneur devra être patient et solide financièrement.

Lien Permanent pour cet article : https://ara.egrouper.com/que-va-devenir-la-friche-yougs-sur-le-boulevard-de-louest/

Laisser un commentaire