">

novembre 2016 archive

Auchan ouvert le dimanche : «ça ne fera pas de bien au petit commerce»

La nouvelle du projet d’Auchan d’ouvrir son hyper V2 le dimanche matin (notre édition de mercredi) fait l’effet d’une bombe chez les commerçants de proximité villeneuvois. Petits commerçants de quartier ou supermarchés ouverts sur ce créneau depuis plusieurs années ont tout à craindre de cette décision.

Pour les supermarchés de quartier villeneuvois, la nouvelle de l’ouverture d’Auchan le dimanche a du mal à passer.

Pour les supermarchés de quartier villeneuvois, la nouvelle de l’ouverture d’Auchan le dimanche a du mal à passer.

Pendant près de quinze ans, il a été la cheville ouvrière du commerce villeneuvois, dont il a créé la fédération. Désormais président régional de l’Union du commerce et des services où il défend le commerce de proximité, élu régional de la CCI également, Hugues Rivière reste l’interlocuteur privilégié des commerçants à Villeneuve-d’Ascq. Des professionnels qui, depuis mercredi et l’annonce dans nos colonnes du projet d’Auchan V2 d’ouvrir le dimanche matin, craignent pour leur avenir.

«  Le dimanche matin est le créneau sur lequel comptent les commerces de proximité pour rester à flot dans un contexte très concurrentiel. Cette décision d’Auchan, surprenante, va les pénaliser, assure le Villeneuvois, qui estime que dans ce projet, tout le monde a à perdre. Les petits commerçants, les supermarchés de proximité ouverts le dimanche matin, les clients pour qui les ouvertures exceptionnelles d’Auchan les dimanches de soldes et des fêtes n’auront plus le même intérêt, et surtout les salariés, dont on va bouleverser la vie. Il est primordial de conserver le caractère social du dimanche, qui doit être consacré à autre chose qu’aux courses en hypermarché  », s’indigne Hugues Rivière.

« Le dimanche matin est le créneau sur lequel comptent les commerces de proximité pour rester à flot financièrement. Ils seront pénalisés. »

Ouverts depuis des années le dimanche matin, Carrefour Market Annappes, Match Cousinerie et Match Sart-Breucq ont de quoi trembler. Encore sonnés par la nouvelle, aucun membre de la direction de ces supermarchés villeneuvois n’a souhaité commenter la nouvelle de l’arrivée de cette concurrence frontale sur un créneau qui leur est essentiel.

Chez les petits commerçants, c’est aussi la douche froide. À Flers, Christelle Ghillebaert ouvre sa boulangerie le dimanche matin depuis des années et appréhende déjà le mois de décembre et les ouvertures exceptionnelles d’Auchan. Chaque fois, elles lui coûtent minimum 25 % de son chiffre d’affaires du dimanche, sa meilleure journée de la semaine. «  S’ils devaient ouvrir tous les dimanches, notre ouverture serait moins rentable. Il faudrait sans doute revoir notre organisation à trois personnes en boulangerie. C’est dommage, et pas très loyal : eux n’ont pas besoin de ce chiffre d’affaires du dimanche pour continuer à vivre. Nous, si… »

Dans le quartier Hôtel-de-Ville, la nouvelle ne fait pas l’unanimité non plus. Le comité de quartier s’est d’ores et déjà prononcé contre le projet, qui pourrait ruiner ses efforts déployés ces derniers mois pour tenter de redynamiser la chaussée de l’Hôtel-de-Ville. «  Nous avons le projet d’y créer un marché du dimanche matin pour que les commerces retrouvent du flux. Avec cette ouverture, ce n’est plus la peine d’y penser. », se désole Bernard Caignet, le coordinateur du conseil de quartier.

Chez Auchan, le syndicat majoritaire est contre

L’annonce dévoilée en CE extraordinaire le 6 novembre dernier à Auchan V2 n’a pas ravi tout le monde. Surtout pas les délégués FO, syndicat majoritaire au sein de l’hypermarché, qui a signifié son opposition à une ouverture le dimanche matin. Pour Danièle Erouart, déléguée syndicale, les raisons sont nombreuses de s’opposer au projet. La première est liée à la notion de volontariat.

«  Les primes de fin d’année reposent sur un système de points. Il est évident que les salariés qui se porteront volontaires pour travailler le dimanche auront une meilleure rémunération que les autres en fin d’année  », pointe la syndicaliste villeneuvoise, qui regrette que nombre de ses collègues estiment ne pas avoir le choix. «  Les salaires sont bas, les gens réfléchissent quand ils ont l’opportunité d’améliorer leur situation financière. » Les salariés travaillant le dimanche verront en effet leur rémunération majorée de 50 %. Un autre point qui mérite débat, estime Danièle Erouart, qui note que les dimanches travaillés dans le cadre de la loi Macron, les salaires sont majorés de 150 %. «  La disparité est importante  », note la déléguée.

Autre grief du syndicat FO au projet d’Auchan Villeneuve-d’Ascq, celui du nombre de personnels qui auront à gérer l’ouverture du magasin. «  De l’ordre de 80 personnes, c’est peu. On comprend que la direction veuille minimiser les coûts, mais ce sera juste pour assurer certains postes. » FO se dit également déçu du nombre d’embauches annoncé, seize personnes, tous étudiants, et craint à terme un «  effet domino : une fois qu’Auchan ouvrira le dimanche matin, tous les autres vont s’y mettre. »

«On donne l’illusion qu’on crée du lien, mais c’est une contrainte»

Délégué central CFDT chez Auchan, Guy Laplatine voit les ouvertures d’hypermarchés se multiplier depuis quelques mois. «  Une trentaine sur la France. Ça se généralise un peu partout  », assure-t-il, tout en se posant la question de la pertinence de la démarche. «  C’est assez aberrant : ce qui sera consommé le dimanche ne le sera pas en semaine. Les budgets ne sont pas extensibles.

Et ces ouvertures du dimanche cassent la marge. Elles coûtent plus cher aux enseignes, qui essaient de diminuer les coûts en ayant recours à moins d’employés. Ou en faisant peser des charges de travail comme le remplissage des rayons le samedi en soirée jusque tard. » Pour le syndicaliste CFDT, l’initiative d’Auchan allumerait qui plus est la mèche à une généralisation de la pratique. «  Les autres ouvriront à leur tour. Et c’est une bêtise sociale et sociétale : pour la vie de famille, c’est dramatique. »

Par Stéphane Hubin |

Lien Permanent pour cet article : https://ara.egrouper.com/auchan-ouvert-le-dimanche-ca-ne-fera-pas-de-bien-au-petit-commerce/

Auchan V2 ouvrira le dimanche matin à partir de janvier

L’ère du sacro-saint repos dominical semble révolue. À compter du 22 janvier, Auchan V2 va ouvrir ses portes chaque dimanche matin, comme les supermarchés de quartier. Les syndicats sont contre, la municipalité en appelle au préfet pour vérifier la légalité de la démarche. Trente Auchan ont déjà franchi le pas en France.

 

A compter du 22 janvier, l’hyper Auchan de Villeneuve-d’Ascq ouvrira le dimanche matin. Objectif 
: rafler la mise sur ce créneau.

A compter du 22 janvier, l’hyper Auchan de Villeneuve-d’Ascq ouvrira le dimanche matin. Objectif : rafler la mise sur ce créneau.

Depuis toujours, les hypermarchés, géants de la consommation si coûteux à faire fonctionner, avaient logiquement refusé le combat et laissé aux supermarchés de proximité le soin d’apporter un service d’appoint le dimanche matin aux citoyens en mal de courses. Mais entre évolution des habitudes de consommation et crise de fréquentation de ces grandes surfaces chronophages, la donne est en train de changer.

Depuis quelques mois, le groupe Auchan est l’un des premiers à reconsidérer cette position. Dans la région, il a lancé quelques expérimentations en ouvrant les magasins Auchan de Valenciennes et de Béthune en 2015. Depuis, une trentaine d’hypermarchés de l’enseigne ont franchi le pas en France.

Parmi les magasins les plus importants du groupe, Auchan Villeneuve-d’Ascq va être le premier de la métropole lilloise à suivre le mouvement. La semaine dernière, Hervé Wallaert, directeur de l’hyper, a adressé à Gérard Caudron un courrier pour l’informer de son intention d’ouvrir le dimanche matin à compter du 22 janvier 2017. Un projet sur lequel le maire n’a pas souhaité exprimer d’opinion officielle. Il a en revanche saisi le préfet afin qu’il délivre un avis sur cette initiative au regard d’une législation qui reste complexe sur le sujet.

« Les choix des salariés seront respectés. Ceux qui ne veulent pas travailler le dimanche matin ne seront pas sollicités »

La loi estime notamment que les magasins, sans limite de surface commerciale, peuvent ouvrir le dimanche matin à condition qu’ils répondent à certains critères, le premier étant que la moitié au moins de leur chiffre d’affaires annuel soit issu de l’activité alimentaire, le second que la surface de vente soit consacrée pour moitié au moins à l’alimentaire. Des conditions qu’Auchan V2, vaisseau de 14 600 m2, assure respecter avec 60 % de chiffre d’affaires sur l’alimentaire.

«  Nous avons bien entendu étiolé notre dossier, nous sommes dans la légalité  », affirme le directeur de l’hypermarché villeneuvois qui a présenté le projet aux instances syndicales le 6 novembre. Au cours de ce CE extraordinaire, les syndicats FO et CFTC ont exprimé leur opposition au projet.

«  Même s’il faut reconnaître que la perspective de salaires majorés intéresse de nombreux employés  », dévoile la déléguée CFTC, qui affirme qu’elle ne donnera pas son accord tant que l’organisation de ces dimanches travaillés ne lui aura pas été présentée dans les détails et qu’elle n’aura pas l’assurance qu’aucune pression n’est exercée sur les salariés non volontaires. Hervé Wallaert de son côté garantit que «  les choix des salariés du magasin seront respectés. Ceux qui ne veulent pas travailler le dimanche matin ne seront pas sollicités.  »

Le directeur estime que l’enseigne pourrait fonctionner avec environ 70 personnes en poste sur ces dimanches matins, aux salaires majorés de 50 % alors que la loi exige un minimum de 30 %.

Le centre commercial ne pourra pas s’aligner

Si Auchan ouvrira ses portes tous les dimanches matins, la galerie V2 ne suivra pas le mouvement. Seuls les restaurants du centre commercial sont en effet ouverts le dimanche et la loi n’autorise pas les autres commerces, autres qu’alimentaires, à ouvrir le dimanche matin.

La galerie commerciale gérée par Unibail Rodamco sonnera donc un peu le vide pour les clients de l’hyper habitués à l’animation des 135 boutiques, qui peuvent en revanche ouvrir huit dimanches de l’année, chiffre retenu par la ville dans le cadre de la loi Macron. Un chiffre harmonisé au niveau de la métropole au sein d’une loi cadre, afin d’éviter que des villes ne concurrencent déloyalement les petites voisines. Gérant du centre commercial, Guillaume Creuze se réjouit néanmoins de la perspective de voir Auchan ouvert le dimanche matin : les huit dimanches d’ouverture de V2 devraient être boostés par cet allié de poids.

Vers une généralisation de l’ouverture des hypers le dimanche matin ?

L’hypermarché Auchan V2 allume-t-il la mèche à ce qui pourrait devenir une pratique généralisée dans un avenir proche ? Sans émettre d’opinion à la question de savoir s’il approuve ou non le projet, Lionel Baptiste, conseiller municipal en charge du commerce à Villeneuve-d’Ascq, pose des questions de fond. La première d’entre elles est la crainte de voir le consensus sur la fermeture des hypers le dimanche qui existe dans la métropole exploser.

Concurrents directs d’Auchan Villeneuve-d’Ascq, Cora Flers, Carrefour Wasquehal et Euralille ou Auchan Faches-Thumesnil vont-ils apporter une réponse commerciale à cette offensive ? À Faches-Thumesnil, la direction assure qu’aucune décision n’est à l’ordre du jour, même si le sujet fait partie de l’actualité de tout hyper.

«  Il ne faut pas se leurrer, à terme, ils le feront tous  », prédit la déléguée CFTC d’Auchan V2. Pour ses mastodontes dont le chiffre d’affaires et la rentabilité glissent dangereusement, l’ouverture du dimanche matin en minimisant les coûts semble une parade. «  Nous avons un retour d’expérience et savons que cela peut être rentable  », assure le directeur d’Auchan V2, pour qui les hypers «  se doivent de répondre à une attente forte de la clientèle. Chaque cas est particulier, des magasins n’ont aucun intérêt à ouvrir. Mais ici, nous avons un gros cœur de cible et des problèmes d’accessibilité en semaine. Le dimanche, nous offrirons un autre confort.  »

S. H.

Par Stéphane Hubin |

Lien Permanent pour cet article : https://ara.egrouper.com/auchan-v2-ouvrira-le-dimanche-matin-a-partir-de-janvier/

Excédée par des malfaçons dans son logement, une famille occupe la mairie

Une famille de Ronchin subit depuis deux ans et demi des problèmes électriques sans son appartement. Elle a occupé le hall de la mairie, jeudi soir, pour protester. Les policiers lui ont fait quitter les lieux dans le calme.

Youssef Khallaf aimerait qu’une solution soit rapidement trouvée.

Youssef Khallaf aimerait qu’une solution soit rapidement trouvée.

«  Nous rencontrons des coupures de courant tous les mois, parfois tous les quinze jours. On pense qu’il s’agit d’un problème lié aux infiltrations d’eau relevées au niveau du compteur électrique. Vous imaginez comment ça peut être dangereux. Nous avons subi plusieurs inondations dans le couloir. L’eau venait du compteur électrique. Depuis quelque temps, nous n’avons de la lumière que dans deux pièces, le couloir et la chambre des enfants  », s’insurge Youssef Khallaf. La famille habite rue de la Brasserie à Ronchin, dans un appartement construit il y a quatre ans.

Le bailleur sollicité vingt fois

Le locataire explique qu’il a sollicité le bailleur SIA une vingtaine de fois. « Aujourd’hui, ils ne veulent même plus nous répondre au téléphone.  » Le couple s’est alors adressé à la responsable de la police municipale, qui est venue constater le problème sur place. «  Un électricien est intervenu, il s’est douté que c’était nous, car il était déjà venu au début de nos soucis et s’est étonné que nous habitions encore là. Lors des interventions précédentes, on s’est contentés de mettre de la mousse expansive, mais l’eau continue quand même de s’infiltrer  », précise Youssef Khallaf.

« J’ai deux boulots et je ne dors pas bien. Il faut aussi toujours se rendre disponible pour accueillir les professionnels qui interviennent chez nous, c’est usant »

Jeudi, après la réparation, les locataires se retrouvent à nouveau sans électricité. «  J’ai deux petites filles, ma femme est enceinte de sept mois. On en a ras le bol, on n’en peut plus. On se chauffe avec un feu à pétrole parce que les portes-fenêtres ne sont pas hermétiques, donc nos factures d’électricité étaient astronomiques.  » D’autres soucis sont apparus dans leur appartement comme le décollement des plinthes, ou des problèmes de fermetures de portes-fenêtres. «  Je n’en peux plus, je suis fatigué, j’ai deux boulots et je ne dors pas bien. Il faut aussi toujours se rendre disponible pour accueillir les professionnels qui interviennent chez nous, c’est usant  », confie cet homme qui a choisi d’occuper la mairie en désespoir de cause.

« Nous ne les laisserons pas tomber »

Le bailleur SIA explique de son côté qu’un électricien est intervenu encore dimanche dernier. Il aurait mis le compteur en sécurité, mais cela n’aurait pas fonctionné tout de suite. «  Un produit fluorescent a été injecté, il faut attendre qu’il apparaisse pour détecter le problème  », ajoute le bailleur.

Ce dernier comprend que les locataires soient à bout de nerfs à force de subir ces pannes sans doute liées à des infiltrations dans les gaines. «  Ce sont pourtant des logements neufs. L’électricité est aux normes. Mais les occupants ont réalisé eux-mêmes des modifications de leurs cuisines en ajoutant notamment des prises électriques. D’autres locataires nous ont signalé des soucis électriques en 2013, mais ne nous ont plus jamais rappelés. Nous cherchons la solution. Des investigations ont déjà été menées dans l’immeuble. Des tests vont également être effectués dans les appartements du dessus. Mais en tout cas nous ne laisserons pas tomber cette famille  », promet le porte-parole du bailleur SIA.

Lien Permanent pour cet article : https://ara.egrouper.com/excedee-par-des-malfacons-dans-son-logement-une-famille-occupe-la-mairie/